0

Après les meurtres commis à El Paso (Texas) et à Dayton (Ohio), qui ont fait 29 morts et plus de 50 blessés, le président des États-Unis a appelé à un changement de la culture de la nation, en distinguant plus particulièrement l’influence de jeux vidéo violents sur la jeunesse.

Régulièrement accusé de favoriser les comportements violents, le jeu vidéo est à nouveau au cœur des débats après que deux hommes ont tué à l’aide d’armes à feu 29 personnes samedi et dimanche, dans deux fusillades distinctes, à Dayton et El Paso aux Etats-Unis. Pourtant, une récente étude de l’Oxford Internet Institute montre qu’il n’y a aucun lien entre les jeux vidéo et les comportements violents chez les adolescents. En outre, alors que les jeux vidéo violents sont également très populaires dans d’autres pays occidentaux, les fusillades sont proportionnellement à la population bien plus nombreuses aux Etats-Unis.

Les jeux vidéo restent néanmoins dans le viseur des Républicains. Et en particulier du président américain Donald Trump, qui s’est exprimé à ce propos ce lundi. “Nous devons arrêter la glorification de la violence dans notre société, ce qui inclut les jeux vidéo sinistres et atroces”, a-t-il insisté, estimant qu’il était “trop facile aujourd’hui pour les jeunes en difficulté de s’entourer d’une culture célébrant la violence”. Il a aussi appelé à encadrer davantage les ventes d’armes et à s’attaquer au racisme et au suprémacisme blanc.

Il n’en fallait pas plus pour faire encore chuter davantage en Bourse les principaux éditeurs de jeux vidéo, déjà bien mal au point avant cette intervention avec la guerre commerciale et le fort repli des marchés ce lundi. Ainsi, Activision Blizzard cédait 5,41% vers 17h30, Electronic Arts reculait de 4,18% et Take-Two de 5,27%. En France, Ubisoft perdait également 3,52%.